August 2016 Archive

6 produits d’entretien pour la maison jugés nocifs à éviter

Après avoir analysé 77 produits pour l’entretien de la maison, le magazine 60 millions de consommateurs alerte sur la présence de composants chimiques dangereux contenus dans 6 grandes marques de produits ménagers.

2016-08-31 6produits-ménagers-nocifs

Bien souvent, la rentrée est l’occasion de faire le grand ménage, mais pas avec n’importe quel produit… En effet, dans son dernier numéro, en kiosque depuis jeudi dernier et relayé par le Huffington Post , le magazine 60 millions de consommateurs a enquêté sur 77 produits d’entretien sols et surface afin d’établir une liste précise des produits chimiques qu’ils contiennent.

Résultat, quatre familles de substances nocives ont pu être identifiées par le magazine : les désinfectants, les allergènes , les corrosifs ou irritants et les substances mauvaises pour l’environnement .


3 catégories nocives pour l’homme

L’usage régulier de la première famille, les désinfectants, “peut faire émerger des micro-organismes qui résiste aux antibiotiques”, explique 60 millions de consommateurs. Eliminer toutes les bactéries de notre environnement fait que notre système immunitaire est moins à même de combattre certaines maladies. En conséquence, le magazine déconseille l’utilisation du “Nettoyant désinfectant sols et surface” de Sanytol ainsi que “l’Anti-bactérien” sans javel de St-Marc, tous deux contenant des “substances trop puissantes pour un usage courant”.

Les allergènes peuvent déclencher des rhinites , des eczémas, ou des troubles respiratoires. Alors qu’ils sont censés obligatoirement figurer sur l’étiquette des produits concernés, “Tornade de propreté et de fraîcheur, eucalyptus” d’Ajax et le “Nettoyant pour sols, citron/gingembre” de Method, sont ciblés par le magazine car contenant certaines des principales molécules à éviter.

Dans la catégorie des corrosifs ou irritants, certaines substances dangereuses comme de l’acide chlorhydrique et de l’acide formique ont été retrouvé dans le “Gel détartrant surpuissant” de Starwax ainsi que le détergent “100% détartrant”. Des substances susceptibles de brûler la peau , les yeux ou d’être facilement inhalées pendant les tâches ménagères.


Des produits biodégradables pour respecter l’environnement

Enfin, “l’Ultra-dégraissant au savon noir” de Vigor ainsi que le détergent “Brillance aux essences d’agrumes” de Terra sont fortement déconseillés pour leur impact très néfaste sur l’environnement. En effet, des molécules comme l’EDTA (acide éthylène-diamine-tétra-acétique) ont été identifié dans le produit de Vigor, or elles ne sont pas biodégradables et polluent par là-même la planète.

Tous les produits détergents analysés ne sont bien sûr pas à jeter. Ne contenant aucune substance suspecte, 15 d’entre eux sont même recommandés par 60 millions de consommateurs, tels que le “Nettoyant multisurface” de L’Arbre Vert ou du “Nettoyant anticalcaire, parfum pin”, de Rainett.

Les résultats complets de l’enquête 60 millions de consommateurs et les produits qu’ils recommandent seront disponibles dans leur prochain numéro, qui paraîtra en kiosque en septembre. En attendant, ils ont d’ores et déjà mis en ligne la liste des composants parmi les 77 produits d’entretien étudiés sur leur site.

A lire aussi :

Des substances toxiques dans les produits ménagers

Plus de 100 produits du quotidien sont dangereux

Quels sont les polluants auxquels nous sommes le plus exposés ?

Posted by admin in santé

IST : attention à l’antibio-résistance

L’antibio-résistance est un vrai problème de santé publique. D’après l’Organisation mondiale de santé, elle favorise le développement de trois infections sexuellement transmissibles (IST), la chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis.

IST : attention à l'antibio-résistance

La résistante aux antibiotiques favorise la prolifération de trois IST , la chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis. De nouvelles directives thérapeutiques pour les traiter ont été publiées dans un communiqué de l’Organisation mondiale de la santé .

Les chiffres sont alarmants. On estime que, chaque année, 131 millions de personnes contractent la chlamydiose, 78 millions la gonorrhée et 5,6 millions la syphilis.

Il s’agit d’un «problème de plus en plus préoccupant» rapporte l’agence dans son communiqué.

Non soignées, ces IST peuvent provoquer de graves complications et des séquelles chez les femmes, comme des infections génitales, des grossesses extra-utérines et des fausses couches. La gonorrhée et la chlamydiose peuvent favoriser la stérilité chez les hommes et les femmes. Ces trois infections peuvent également multiplier par 2 ou 3 le risque de contracter le VIH. Une IST non traitée chez la femme enceinte augmente le risque de mortinaissance et de décès du nouveau-né.


Les IST provoquent des problèmes génitaux et de troubles de la fertilité

«La chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis sont des problèmes de santé publique majeurs partout dans le monde, qui nuisent à la qualité de vie de millions de personnes et causent des pathologies graves voire mortelles. Les nouvelles directives thérapeutiques de l’OMS insistent sur la nécessité de traiter ces IST avec le bon antibiotique, au bon dosage et au bon moment pour limiter leur propagation et améliorer la santé sexuelle et reproductive. Pour cela, les services de santé nationaux doivent suivre l’évolution des schémas d’antibiorésistance de ces maladies dans le pays», commente Ian Askew, Directeur du Département Santé reproductive et recherche à l’OMS.

L’Organisation a a établi de nouvelles recommandations qui s’appuie sur les traitements les plus efficaces contre ces 3 infections sexuellement transmissibles.

Pour lutter contre la gonorrhée , elle invite les autorités sanitaires à conseiller aux médecins de prescrire l’antibiotique a priori le plus efficace compte tenu des schémas de résistance locaux et ne recommandent pas les quinolones (une classe d’antibiotiques) pour la traiter en raison de la fréquence élevée de la résistance.

Pour guérir la syphilis, l’OMS conseille une dose unique de benzathine-pénicilline, antibiotique injecté par un médecin ou une infirmière dans la fesse ou le muscle de la cuisse. C’est le traitement le plus efficace contre la syphilis et moins cher que les antibiotiques oraux.

« Utilisés correctement et systématiquement, les préservatifs sont l’un des moyens de protection les plus efficaces contre les IST », conclut l’Organisation dans son communqiué.

A lire aussi:

IST : quels risques de transmission en fonction des pratiques sexuelles

10 choses à savoir sur la fellation

7 idées reçues sur la sodomie

Posted by admin in santé

La vente des médicaments a stagné en France en 2015

Les entreprises du médicament s’inquiètent de la stagnation des ventes de médicaments et de la perte d’attractivité du secteur pharmaceutique français.

La vente des médicaments a stagné en France en 2015

Mauvaise année pour le secteur du médicament . En 2015, la France est le seul pays européen à ne pas avoir affiché de croissance positive pour le chiffre d’affaire de son industrie pharmaceutique , dévoile le groupe des entreprises du médicament ( Leem ) dans son bilan économique publié mardi 30 août.


Le secteur pharmaceutique français perd son attractivité

Depuis quatre ans, le marché du médicament semble donc stable en France, avec un chiffre d’affaire de 53 milliards d’euros et une consommation moyenne de médicaments par an et par personne de 516 euros. Le Leem déplore dans son rapport la baisse du prix du médicament français, la perte d’attractivité de la France pour la production de nouveaux produits et le développement de la production dans les pays émergents. Ainsi, sur les 130 nouveaux médicaments développés en Europe entre 2012 et 2014, seuls huit provenaient de France.


Le secteur médicament conserve tout de même une balance positive

Et pour expliquer ces mauvais résultats, le Leem pointe du doigt les plans successifs d’économies mis en place par les pouvoirs publics qui “étouffent le secteur qui assume, à lui seul, 50% des efforts d’économies de l’assurance maladie “. La fédération accuse également la taxation spécifique à l’industrie pharmaceutique en France, qui est passée de 3,6% à 6,3% entre 2011 et 2015 sur le chiffre d’affaire quand ce dernier diminuait sur la même période. Mais malgré cette stagnation, l’industrie du médicament reste “l’un des rares secteurs à conserver une balance commerciale positive“, se rassure le Leem.

>> A lire aussi :

Les prix des médicaments peuvent varier d’un facteur six

Les Français consomment 48 boites de médicaments par an

“Pour la fin des prix exorbitants des médicaments contre le cancer !” La pétition qui fait le buzz

Lille veut accueillir l’Agence européenne du médicament

Posted by admin in santé

Pour ne plus avoir peur des araignées, observez-les

Dissiper ses peurs passe par la confrontation progressive à celle-ci. C’est ce que suggèrent des chercheurs suédois à l’issue d’une étude sur la phobie des araignées.

peur araignee therapie

L’idée de croiser une araignée vous hérisse le poil. En voir une vous met dans un état de panique incontrôlable. Cette phobie des araignées pourrait être guérie par une thérapie d’exposition à cette peur. Des chercheurs suédois démontrent le bien-fondé de cette approche dans une étude parue dans la revue Current biology . Dans cette technique, il s’agit de se confronter progressivement, par paliers, à l’objet de sa peur pour peu à peu s’en libérer.

Les scientifiques de l’université d’Uppsala en Suède décortiquent le mécanisme à l’œuvre dans cette stratégie et expliquent que cette thérapie fonctionne sur le long terme si elle parvient à déverrouiller les blocages à l’origine de cette peur ou phobie . Plus précisément, s’exposer progressivement aux arachnides permettrait de déconstruire les souvenirs négatifs qui ont créé cette peur.

Pour les besoins de l’expérience, des arachnophobes ont été confrontés à des images d’araignées tandis que l’activité de leur amygdale a été scrutée. Cette zone du cerveau est impliquée dans le déclenchement des émotions associées à un danger comme la peur et l’anxiété.


Un complément efficace à des traitements existants

Une courte exposition de dix minutes à ces images, suivie d’une plus longue le lendemain, s’est traduite par une réduction de l’activité de l’amygdale. Une découverte qui tend à démontrer que la réactivation de la mémoire liée à des souvenirs traumatisants pourrait aider à diminuer l’état d’anxiété généré par ces souvenirs.

“Il est frappant qu’une telle manipulation affecte si clairement l’activité cérébrale et le comportement, a réagi Johannes Björkstrand, chercheur au département de psychologie de l’université d’Upssala, cité par Science daily . Une simple modification des traitements existants pourrait améliorer leurs effets. Cela signifierait que beaucoup de personnes se débarrasseraient de leurs anxiétés après un traitement et quelques “réactivations de ces peurs”".

La thérapie d’exposition n’est qu’une technique parmi une variété d’autres ( hypnose , sophrologie, méditation, réalité virtuelle) pour soigner ses peurs .

A lire aussi : Un exercice pour vaincre sa peur des araignées

Comment vaincre ses peurs

L’agoraphobie ou la peur d’avoir peur

Posted by admin in santé

A l’hôpital, un acte de violence toutes les 30 minutes

L’Observatoire national des violences en santé publie un rapport alarmant sur les cas de violence à l’hôpital, qu’il s’agisse d’atteintes aux personnes ou d’atteintes aux biens.

A l'hôpital, un acte de violence toutes les 30 minutes

Les hôpitaux ne sont pas à l’abri des violences. L’Observatoire national des violences en santé ( ONVS ) publie un rapport qui montre qu’un soignant est agressé toutes les 30 minutes dans les établissements de santé en France. Cette institution s’est appuyée sur les 14 502 signalements enregistrés pour l’année 2014.


48% des atteintes aux personnes sont des violences physiques

Ces violences se répartissent entre des atteintes aux personnes (10 638 signalements) et des atteintes aux biens (4 098), ou les deux simultanément (420). L’ONVS note que pour 2% des atteintes aux personnes, il s’agit du niveau le plus élevé de gravité (niveau 4 : violences avec arme pouvant aller jusqu’au crime), soit 2% des atteintes aux personnes. 48 % des atteintes aux personnes sont de niveau 3 (violences physiques), 18% de niveau 2 (menaces d’atteinte à l’intégrité physique) et 32% de niveau 1 (injures, insultes).


70% des auteurs de violence sont des patients

Les services les plus concernés ont été la psychiatrie, les urgences, la médecine et la gériatrie. Dans 94% de cas, les victimes étaient des personnels de santé dont 9% de médecins et 45% d’infirmiers. Par ailleurs, dans 9 cas sur 10, les auteurs des violences étaient des patients (70%) ou des visiteurs et accompagnants (20%). Les motifs les plus souvent évoqués parmi les causes des violences sont l’ alcoolisation et le temps d’attente jugé excessif . Viennent ensuite le motif du règlement de compte et du refus de prescription. Selon la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) les tensions entre personnel soignant et public se sont récemment accrues.


Former le personnel à gérer les situations à risque

Pour limiter ces violences, et diminuer la fréquence et la gravité des faits, l’ONVS mise sur la prévention et la formation. Cet observatoire recommande ainsi “de prévenir le fait avant qu’il ne se manifeste en agissant sur l’environnement et l’organisation, de se concentrer sur les réactions immédiates à la survenue d’un fait et la formation à la gestion des situations à risque, de se concentrer sur la prise en charge, l’accompagnement et la réparation (soins, corrections…), après un événement et dans la durée“.

>> A lire aussi :

Les violences contre les médecins, un mal dont on parle peu

Violences à l’hôpital : des cours de self-défense pour le personnel hospitalier

Violences faites aux femmes : un problème de santé publique d’ampleur épidémique

Posted by admin in santé

Idée reçue : on ne peut pas mettre une plaie au soleil

Idée reçue : on ne peut pas mettre une plaie au soleil

On peut mettre un pansement dessus. Ou, mieux, un nouveau soin qui allie des actifs réparateurs (resvératrol, cuivre, centella asiatica, antalgicine) à une haute protection solaire, comme le Stick réparateur apaisant Cicabio SPF 50+, Bioderma, 11,90 € les 8 g.

Posted by admin in santé

Les bébés boudeurs sont-ils des futurs obèses ?

Le comportement des bébés et leur rapport à la nourriture seraient un signe d’alerte de leur risque d’obésité.

Les bébés boudeurs sont-ils des futurs obèses ?

L’humeur boudeuse des bébés serait un signe prédictif de son obésité plus tard, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Childhood Obesity . A l’inverse les bébés calmes et à l’humeur joyeuse en seraient protégés. Cette découverte permettrait-elle de traiter les causes de l’obésité et de prévenir cette pathologie?

Les chercheurs de l’Universuité de Buffalo aux Etats-Unis ont réalisé une étude avec 105 bébés de neuf à 18 mois qui ont appris à appuyer sur un bouton pour gagner une récompense composée soit de leur aliment préféré soit de dix secondes d’un bonus non alimentaire : faire des bulles, regarder un film ou écouter de la musique. Plus l’expérience avançait, plus il est devenu difficile pour l’enfant d’obtenir son gain, car les petits cobayes devaient appuyer plusieurs fois sur le bouton.

Au cours de l’étude, les chercheurs ont observé quel effort les participants étaient prêts à fournir pour obtenir leur récompense et quel type de gain ils préféraient. Pour évaluer leur tempérament, les parents ont dû remplir un questionnaire qui analysait le goût des bébés pour les câlins, avec des ce type d’interrogation : “lorsque vous le tenez, à quelle fréquence votre bébé se tortille-t-il ou donne-t-il des coups de pied ?” et “Lorsque vous le nourrissez sur vos genoux, à quelle fréquence votre bébé se blottit-il contre vous, même après avoir fini de manger ?”


Calmer un bébé avec de la nourriture favorise l’obésité

Les conclusions de cette expérience ont montré que les bébés les plus câlins, les plus calmes montraient une plus grande capacité à gagner leur récompense et qu’ils déclinaient majoritairement la nourriture comme satisfaction. En revanche, les bébés les plus grognons et enclins à la colère se lassaient vite de l’effort et préféraient la nourriture comme gain.

“Par l’utilisation de récompenses non alimentaires, comme un tour au bac à sable ou une séance de jeu actif avec eux, on peut peut-être réduire la tendance des enfants à trouver du plaisir dans la nourriture”, explique Kai Ling Kong, premier auteure et professeure adjoint de pédiatrie à la Jacobs School of Medicin. Ces récompenses peuvent également être des jouets et des créneaux de temps pour jouer avec leurs camarades.

“Les parents peuvent aussi promouvoir une façon plus saine de se nourrir en se posant comme modèles d’habitudes alimentaires équilibrées , en étant attentifs au moment où leurs enfants sont rassasiés pour leur éviter de manger trop, et en évitant de se tourner tout de suite vers la nourriture pour consoler un enfant qui pleure ou qui boude », conclut la chercheuse.

A lire aussi:

Bébés : le manque de sommeil les fait grossir

L’IMC chez les bébés, un bon indice pour prédire l’obésité ?

Grossesse et obésité : des conseils nutritionnels qui fonctionnent

Posted by admin in santé

Deux-tiers des consommateurs suivent un régime alimentaire

Près de deux personnes sur trois suivent un régime interdisant au moins un aliment ou un ingrédient dans le monde, selon une enquête Nielsen.

Deux-tiers des consommateurs suivent un régime alimentaire

Régime faible en sucre, pauvre en graisse, végétarien , sans gluten ou sans sel … Les allergies, les intolérances et les convictions personnelles rythment de plus en plus notre façon de manger, selon une enquête Nielsen qui s’est appuyée sur 30 000 internautes dans 63 pays différents. Cette étude révèle en effet que 64% des personnes interrogées suivent un régime qui leur interdit la consommation de certains aliments ou ingrédients. Parmi ces régimes, plus d’un tiers (36%) sont dictés par une allergie ou une intolérance à un ou plusieurs aliments. Ceux qui reviennent le plus souvent sur la liste des interdits sont les produits laitiers et les crustacés, cités chacun par 12% des participants.


45% de végétariens en Inde

L’enquête révèle aussi que les régimes observent des disparités régionales. Ainsi, 80% des participants en Afrique et 84% de ceux du Moyen-Orient observent un régime alimentaire interdisant au moins un aliment spécifique. Le régime halal est ainsi évoqué à 48% dans ces régions. Du côté de l’Asie et du Pacifique, 72% des participants suivent un régime. Pour 19%, il s’agit du régime végétarien ce qui dépasse la moyenne mondiale qui est de 14%. Championne de cette catégorie : l’Inde, qui compte 45% de végétariens et 16% de végétaliens . En Amérique du Nord, seuls 50 % des consommateurs observent un régime et ce chiffre tombe à 44% en Europe.


Le sucre, aliment le plus banni de l’alimentation des Français

Qu’en est-il des régimes de nos compatriotes ? La France se situe en dessous de la moyenne européenne, avec seulement 37% des consommateurs observant un régime alimentaire. En tête des aliments bannis de l’alimentation : le sucre . 21% des Français interrogés le limitent et 7% suivent un régime à faible teneur en glucides, comme le régime cétogène . Viennent ensuite les régimes pauvres en matières grasses (18%) puis les diètes sans sel (10%). Les régimes sans gluten ou sans lactose ne concernent que 3% des Français chacun. Du côté des végétariens : ils ne sont que 4% en France, soit plus de trois fois moins que la moyenne mondiale. Le nombre de végétaliens (ou “vegan”) chute quant à lui à 2%.


Un régime alimentaire pour préserver sa santé

Mais pourquoi opter pour de tels régimes ? Dans 70% des cas, les consommateurs évoquent la préservation de leur santé. Ces diètes sont le plus souvent adoptées pour limiter l’ obésité , le diabète , l’ hypercholestérolémie ou encore l’ hypertension . Et pour cause : “selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les maladies chroniques telles que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et le cancer devraient représenter 73% des décès dans le monde d’ici 2020, contre environ 60% en 2001“, rappelle le groupe Nielsen dans un communiqué.

>> A lire aussi :

Allergies alimentaires : quelles sont les plus fréquentes ?

La prison pour les parents italiens qui imposent un régime végétarien ?

Zoom sur le régime DASH

Une famille se met au bio : les effets sur leur santé sont incroyables !

Posted by admin in santé

Sauriez-vous reconnaître une embolie pulmonaire ?

Environ 100 000 personnes font une embolie pulmonaire chaque année en France, et une personne sur 10 en meurt. Cette complication de la phlébite est la 3e cause de mortalité vasculaire après l’infarctus et l’accident vasculaire cérébral. Comment la reconnaître et comment réagir ?

Sauriez-vous reconnaître une embolie pulmonaire ?


Quelles sont les causes d’une embolie pulmonaire ?

Une embolie pulmonaire se produit lorsqu’un caillot de sang bouche une artère pulmonaire ou une de ses branches. Généralement le caillot se forme à cause d’une phlébite (le plus souvent dans une jambe, parfois dans un bras), puis il se détache et voyage dans la circulation veineuse vers le cœur.

A chaque contraction, le cœur propulse le caillot vers les artères pulmonaires, où il finit par rester bloqué. Lorsque le caillot est petit, cela provoque des dommages aux poumons. Mais s’il est plus important, il peut empêcher le sang de circuler dans les poumons et provoquer la mort.


Quels sont les symptômes qui doivent alerter ?

• Un essoufflement soudain, une difficulté à respirer

• Une forte douleur thoracique qui s’aggrave lorsque vous essayez de respirer profondément

• Des crachats légèrement rosés que vous expectorez en toussant

• Une accélération du rythme cardiaque


Quelles sont les personnes à risque d’embolie ?

La Fédération française de cardiologie estime la fréquence de l’embolie pulmonaire à 100 000 cas par an en France, dont 10 000 à 20 000 mortels.

• Toutes les personnes qui doivent rester alitées sont à risque car la position allongée ralentit la circulation sanguine, rendant propice la formation de caillots.

• Certaines affections comme l’insuffisance cardiaque, les maladies infectieuses, ou le cancer peuvent provoquer des phlébites, donc faire courir un risque d’embolie.

• Les patients ayant subi une intervention chirurgicale et tout particulièrement une intervention orthopédique, gynéco-obstétricale ou contre le cancer.

• Les femmes sous contraception orale, et tout particulièrement les jeunes femmes sous pilule de 3e ou 4e génération .

• Les fumeurs.

• Les personnes âgées (plus de 70 ans) et en surpoids.


Comment fait-on le diagnostic ?

En cas de symptômes évoquant une embolie pulmonaire (et surtout s’il y a déjà des facteurs de risque), téléphonez immédiatement aux Urgences (15 ou 112). Et en attendant les secours, placez la personne en position assise en l’empêchant de bouger pour éviter une migration du caillot.

A l’hôpital, des examens complémentaires vont permettre de confirmer le diagnostic :

- Un bilan sanguin.

- Une échocardiographie qui permet d’évaluer la sévérité de l’embolie pulmonaire en vérifiant sa répercussion sur les cavités cardiaques droites (lorsque le ventricule droit dysfonctionne, il y a un risque important de décès).

- Une scintigraphie pulmonaire qui permet de visualiser les caillots sanguins dans les poumons.

- Un écho-doppler veineux des membres inférieurs est systématiquement réalisé, à la recherche d’une phlébite.


Comment soigner une embolie pulmonaire ?

Les médecins traitent l’embolie pulmonaire avec des médicaments appelés anticoagulants qui préviennent la formation de nouveaux caillots et empêchent les caillots existants de se développer. Le traitement est d’abord administré en injections sous-cutanées. Mais au bout de quelques jours, les piqûres sont remplacés par des anticoagulants oraux.

On trouve parmi eux les antivitamine K (AVK) qui sont les médicaments de référence et, depuis 2012, les anticoagulants oraux directs (OAD) : Dabigatran et Rivaroxaban.

Certains patients vont prendre ce traitement pendant quelques mois. D’autres, considérés comme patients à risque, peuvent en avoir besoin pour le reste de leur vie.

Sources : Fédération française de cardiologie

Ameli santé

A lire aussi :

Moins d’embolies pulmonaires chez les femmes

Phlébite : 2 Français sur 3 ne connaissent pas les signes

Posted by admin in santé

Le régime méditerranéen réduit la mortalité chez les patients souffrant de troubles cardiaques

S’il est avéré que le régime méditerranéen est efficace pour réduire l’incidence des troubles cardiovasculaires, il semblerait qu’il permettrait également de réduire la mortalité chez les patients souffrant de troubles cardiaques.

régime-crétois-coeur

Les vertus du régime méditerranéen ne sont pas à démontrer. Non seulement, il protège des troubles de la mémoire, du syndrome métabolique , et du cancer du sein, mais il serait aussi efficace pour diminuer le risque de récidives de maladies cardiovasculaires. Le régime méditerranéen, aussi appelé régime crétois , met l’accent sur une diététique à base de fruits, de légumes, de céréales complètes, de poissons et d’huile d’olive.


Un régime aux nombreuses vertus

“Le régime méditerranéen est largement reconnu comme une des pratiques alimentaires les plus saines au monde” indique le professeur Giovanni de Gaetano, chef du département d’épidémiologie à l’Institut Neuromed de Pozzilli, en Italie. “En effet, de nombreuses études scientifiques ont montré que le mode de vie traditionnel méditerranéen est associé à un risque moindre de nombreuses maladies et surtout d’une diminution du risque de mortalité “.

Or jusque-là les recherches se concentraient sur toute la population, composée en majorité de personnes en bonne santé. Les chercheurs de l’European Society of Cardiology se sont donc demandés si le régime méditerranéen était une bonne diète pour les personnes ayant déjà subi des troubles cardiovasculaires. Les conclusions de cette étude, présentée lors d’une conférence à Rome et relayée par EurekAlert , suggèrent que c’est bien le cas. Les scientifiques recommandent même d’y recourir avant un traitement aux statines (les statines sont utilisées dans les médicaments pour diminuer le taux de cholestérol dans le sang).

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont suivi 1197 personnes ayant eu un problème de cœur , pendant 7 ans. En plus de l’alimentation, ils ont étudié leur âge, leur sexe, leurs activités physiques, s’ils fumaient et plusieurs autres facteurs afin d’éviter tout biais dans leur étude. Pendant la durée de la recherche, 208 patients sont décédés des suites d’une maladie cardiaque.


Un mécanisme flou, une méthode reconnue

“Nous avons constaté que chez ceux dont la diète se rapprochait le plus d’un régime méditerranéen, le risque de mortalité était réduit de 37% comparativement à ceux dont les habitudes alimentaires s’en éloignaient”. Néanmoins, les chercheurs ne sont pas encore sûrs des mécanismes qu’emprunte le régime méditerranéen pour réduire les risques de mortalité de façon aussi efficace.

Ainsi, le Professeur de Gaetano en conclue que “l’effet anti-inflammatoire de certains aliments doivent avoir un effet dans la réduction de la mortalité, mais de plus amples recherches demeurent nécessaires pour confirmer cela”.

Ce n’est d’ailleurs pas la seule étude parue sur ce sujet. Il y a quelques mois, les résultats d’une étude néo-zélandaise confirmait déjà les bénéfices de la diète méditerranéenne sur les troubles cardiovasculaires .

A lire aussi :

Alzheimer : les bienfaits du régime méditerranéen

Le régime méditerranéen serait efficace pour réduire le syndrome métabolique

Cancer de la prostate : le régime méditerranéen réduirait le risque de mortalité

Posted by admin in santé