December 2014 Archive

Ebola : des chauves-souris pourraient être la cause de l’épidémie

Des chercheurs allemands soupçonnent fortement des chauves-souris insectivores d’être à l’origine de la fièvre hémorragique qui sévit en Afrique de l’Ouest.

Ebola : des chauves-souris pourraient être la cause de l'épidémie

Des chercheurs allemands pensent être remontés à la source de l’épidémie d’Ebola. Après avoir un temps soupçonné les singes d’être à l’origine de la diffusion du virus, avant d’incriminer les chauves-souris frugivores, une équipe allemande du Robert Koch Institute à Berlin s’intéresse désormais de près aux chauves-souris mangeuses d’insectes.

Selon eux, il est probable que celles-ci aient infecté la toute première victime de l’épidémie d’Ebola. Le premier cas (cas index) a été observé chez un garçonnet de 2 ans, habitant le village de Meliandou, au sud-est de la Guinée en décembre 2013. Depuis le petit n’a pas survécu. Les chercheurs berlinois pensent que le jeune villageois a pu être contaminé en jouant autour d’un arbre abritant une importante concentration de ces chauves-souris insectivores. C’est l’hypothèse avancée par les chercheurs dans leur étude parue dans la revue scientifique Embo Molecular Medicine.

L’arbre où était localisé ce foyer de chauves-souris potentiellement porteuses du virus Ebola a été réduit en cendres depuis. Il s’avère donc difficile de confirmer avec certitude cette théorie. Les chercheurs vont continuer à creuser cette piste : “Nous avons trop peu de données (…) et tout ce que nous pouvons dire est que nous devrions nous intéresser aux chauve-souris insectivores”.

Inutile pour autant d’entreprendre la destruction des colonies de chauves-souris insectivores : “ce n’est pas une solution de commencer à tuer les chauves-souris ou à détruire leur habitat. Cela pourrait même avoir un effet rétroactif désastreux”, assurent les scientifiques.

Cette nouvelle étude survient au lendemain de l’annonce du premier cas d’Ebola au Royaume-Uni chez une infirmière écossaise, de retour de Sierra Leone. Le virus Ebola totalise déjà plus de 7 700 morts en Afrique de l’Ouest, et principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

>> A lire aussi : Ebola : un test rapide autorisé par les Etats-Unis

Ebola : un pas encourageant vers un vaccin efficace en Afrique

Posted by admin in santé

Le piège de la traduction médicale sur google

60 % des messages médicaux traduits par google sont bourrés d’erreurs, selon une étude anglaise. Des inexactitudes qui varient suivant les langues choisies.

Le piège de la traduction médicale sur google

Si vous êtes un jour confronté à un médecin dans un pays dont vous ne parlez pas la langue, n’ayez pas recours à “Google translate” pour interpréter les informations qu’il vous donnera. Les traductions des messages médicaux faites par Google peuvent donner lieu à quelques incompréhensions voire des situations cocasses, si on en juge une étude parue dans l’édition de Noël du British Medical Journal (BMJ).

Des chercheurs du NHS anglais (National Health Service), le service de santé britannique, s’est amusé à faire traduire par google en 26 langues les dix messages les plus souvent transmis aux malades et à leurs proches par les médecins. Les résultats obtenus ont été comparés à la traduction donnée par des professionnels de santé parlant une des 26 langues.

Verdict : le décalage entre les traductions “humaines” et celles de google saute aux yeux. Moins de 6 traductions sur 10 sont bonnes, pointe l’étude, rapportée par le Nouvel Obs. Les dégâts sont limités quand il s’agit de passer de l’anglais à une langue européenne. En revanche, les choses se corsent pour les traductions en langue asiatique et africaine avec seulement 45 % d’exactitudes. Le passage de l’anglais au swahili, une langue africaine, compterait ainsi 90 % de fautes.

L’article du BMJ cite quelques aberrations obtenues dans google. La phrase “votre mari a fait un arrêt cardiaque” donne, en marathi (une langue indienne) “le coeur de votre mari était emprisonné”. Ou encore “l’état de votre femme est stable » peut être reçu complètement dans le sens inverse par le mari inquiet qui fait appel aux lumières de Google : l’information plutôt rassurante devient alors “votre femme ne peut pas tomber plus bas”.

Moralité, en cas de doute linguistique, mieux vaut faire appel à un traducteur professionnel.

>> A lire aussi : Google : les médecins généralistes l’utilisent aussi

Les consultations médicales en ligne testées par google

Posted by admin in santé

Binge-drinking : au-delà de 4 shots de vodka, le système immunitaire est déréglé

Après un épisode de binge-drinking, équivalent à 4 shots de vodka, le système immunitaire s’emballe, puis perd de son efficacité. C’est ce qui a été observé par une équipe de chercheurs américains.

Binge-drinking : au-delà de 4 shots de vodka, le système immunitaire est déréglé

Si vous avez l’intention de boire énormément pour le réveillon du 31 décembre, sachez que ce n’est pas de tout repos pour votre système immunitaire. Selon une étude menée par des chercheurs américains et publiée dans la revue scientifique Alcohol, après un épisode de binge-drinking, le système immunitaire s’emballe puis perd cruellement en efficacité.

Ainsi, en plus d’augmenter son risque de blessure due à l’état d’ébriété, une personne trop alcoolisée risque de perdre une partie de ses globules blancs, et mettra ainsi plus de temps à se remettre de ses potentiels traumatismes.

L’étude a été menée sur 8 femmes et 7 hommes, âgés en moyenne de 27 ans. Chaque participant a bu entre quatre et cinq shots de vodka, pour répondre à la définition d’une consommation excessive d’alcool : 0,8gr d’alcool par litre de sang, soit l’équivalent de 4 à 5 doses d’alcool ingurgitées en moins de 2 heures.

Des échantillons de sang ont ensuite été prélevés par les scientifiques, 20 minutes après l’ingestion, puis 2 à 5 heures après le pic d’intoxication. Ces stades correspondent à peu près à ceux dans lesquels arrivent les patients alcoolisés dans les services des urgences.

Les analyses ont montré que l’activité du système immunitaire était nettement augmentée 20 minutes après la prise des shots de vodka. Les trois types de globules blancs étaient en plus grand nombre qu’à la normale. Des niveaux accrus de protéines cytokines sont également visibles, et signalent au système immunitaire de gagner en puissance.

En revanche, cet effet ne dure pas, et s’inverse même petit à petit. Ainsi, 2 à 5 heures après le pic d’intoxication, on observe moins de globules blancs, et peu de cytokines : le système immunitaire devient de moins en moins actif.

En s’affaiblissant, les défenses de la personne alcoolisées ne suffisent plus à la protéger des infections, et ralentissent la guérison des blessures.

C’est, selon le Dr Majid Afshar, auteur principal de l’étude, ce qui explique les retards de cicatrisation des plaies et des fractures osseuses observées chez les patients confrontés à un épisode d’ébriété. Ces mêmes patients augmenteraient également leur vulnérabilité aux pneumonies ou encore aux maladies nosocomiales contractées lors des séjours à l’hôpital.

A lire aussi :

Alcool : indiquer les calories sur les bouteilles encourage à moins boire

Un médicament pour réduire les effets neurologiques du ‘‘binge-drinking”

Ados : le binge-drinking sanctionné

Posted by admin in santé

Cheveux : on se fait une tresse épi

C’est une des coiffures que les stars s’arrachent. Le tressé épi, coiffure chic-mi enfantine, donne du cheveu à retordre aux coiffeurs dans les salons. Même sans rendez-vous chez le professionnel, il est possible d’arborer sa tresse de sirène au réveillon. Suivez le guide !

Cheveux : on se fait une tresse épi

On commence par se brosser les cheveux pour que ceux-ci soient bien lisses. Sinon, pour un côté plus décoiffé et bohême, on les peigne au doigt.


Pour plus de style

Avant de s’attaquer à la tresse, on peut crêper le devant des cheveux, les laquer. Puis avec une brosse plate on lisse délicatement. On ramène vers l’arrière en formant une coque avant d’épingler.


Pour la tresse en épi de blé

 -On se fait une queue de cheval basse en attachant si on veut le haut avec un élastique transparent. On peut ramener l’ensemble sur le côté pour plus de glamour.

- Ensuite on sépare les cheveux en deux parties, c’est-à-dire en deux mèches égales (au lieu de trois pour les tresses classiques).

-On prend les deux mèches de chaque côté. On fait passer une petite mèche du premier côté pour la faire passer au second côté de façon à faire un croisement. Et vice-versa, on prend une petite mèche de l’autre côté que l’on passe sur le versant opposé.

-On procède ainsi sur toute la longueur en prenant bien soin de serrer la tresse et d’obtenir un épi plus harmonieux.

-Une fois la tresse réalisée, on crêpe le bout pour la fermer.

-On détend la tresse en écartant les cheveux avec ses doigts pour un résultat plus décontracté.

Merci au Salon Lucia Iraci , à Paris, pour ces conseils coiffure.

>> A lire aussi : Notre dossier spécial fêtes

>> A lire aussi : 6 astuces pour ne pas abîmer ses cheveux avec le lisseur

>> A lire aussi : Tuto coiffure : un chignon bohême tendance pour les fêtes

>> A lire aussi : Tuto coiffure : un chignon tressé doughnut pour les fêtes

Posted by admin in santé

5 choses que vos yeux dévoilent sur vous

En cette période de fêtes, vous prenez sans doute un soin particulier à souligner votre regard. Mais derrière vos smoky eyes se cachent certains signes qui en disent long sur votre état de santé.

5 choses que vos yeux dévoilent sur vous

Vous faites de l’hypertension

L’hypertension artérielle est souvent appelée “le tueur silencieux” parce que cette pathologie qui peut entraîner une maladie cardio-vasculaire ou un AVC si elle n’est pas soignée, n’a pas de symptômes visibles. Sauf dans les yeux. L’hypertension peut en effet provoquer le rétrécissement des petits vaisseaux sanguins de la rétine. Si l’ophtalmologiste s’en aperçoit et vous le signale, ne tardez pas à prendre rendez-vous chez le cardiologue.

Vous avez une carence en vitamine A

Si vous avez des difficultés à voir la nuit, cela signifie peut-être que vous avez besoin d’un régime plus riche en légumes et fruits orange et jaune (pour le bêta-carotène) et en poissons gras (pour la vitamine A). Les problèmes de vision de nuit sont en effet fréquents chez les personnes carencées en vitamine A. Le manque de cette vitamine provoque la diminution d’un pigment appelé rhodopsine, qui contrôle la façon dont notre œil perçoit la lumière. La solution : manger des carottes, des patates douces, des épinards et du beurre !

Vous souffrez d’une maladie inflammatoire

Depuis une semaine, vous vous réveillez avec les yeux endoloris et injectés de sang, sans pour autant avoir fait la fête ou de nuit blanche ? Cette douleur et cette rougeur sont peut-être le signe d’une uvéite, une inflammation de l’œil qui signale souvent qu’il y a une autre inflammation ailleurs dans le corps. La maladie de Crohn, la polyarthrite rhumatoïde ou le psoriasis sont des maladies inflammatoires qui provoquent des symptômes dans les yeux d’une personne sur quatre atteinte par l’un de ces maladies.

Votre thyroïde dysfonctionne

Observez bien les photos (ou les selfies) que vous avez prises pendant les fêtes : si vous avez l’impression que votre regard ressemble à celui d’un animal pris dans les phares d’une voiture, c’est peut-être le signe que votre thyroïde fonctionne mal. Avoir les yeux exorbités peut indiquer que la thyroïde s’emballe (c’est l’hyperthyroïdie) et produits des hormones qui attaquent les muscles et les tissus de l’orbite. La maladie de Basedow, responsable de 75% des hyperthyroïdies, est 5 à 10 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et elle provoque des symptômes oculaires dans 50% des cas.

Vous souffrez d’allergie

Vous avez des cernes sous les yeux qu’aucune nuit de sommeil ou maquillage ne parviennent à masquer ? Vous souffrez peut-être de rhinite allergique. En effet, si vous inhalez de la poussière, du pollen, des poils d’animaux ou tout autre allergène, cela déclenche (entre autres réactions) l’afflux de sang sous les yeux. Cela se remarque tout de suite car, à cet endroit, la peau est la plus fine de tout votre corps. Parlez-en à un dermatologue pour vous aider à déterminer ce qui peut être la cause de l’allergie. Il vous prescrira un anti-histaminique qui fera disparaître ces marques noires sous les yeux.

A lire aussi

Santé : votre langue en dit long

Ce que vos ongles disent de votre santé

Posted by admin in santé

Réveillon alcoolisé : un Français sur deux n’a pas organisé le retour de soirée

Prendre le volant après une nuit arrosée ? La moitié des Français ne se pose pas la question, si on en croit un récent sondage.

Réveillon alcoolisé : un Français sur deux n'a pas organisé le retour de soirée

Pour une grande majorité de Français le réveillon du Nouvel an se conjugue avec une consommation d’alcool. Problème, après avoir réveillonné et bien bu, près d’un Français sur deux ne sait pas encore comment il va s’organiser pour rentrer, selon une enquête réalisée par les associations Prévention routière et Assureurs prévention.

Alors que près de la moitié des sondés seront concernés par la question de boire ou conduire, 48.6% des répondants reconnaissent ne pas avoir pris de dispositions particulières pour prévoir le retour de soirée. Entre boire ou conduire, les Français n’auraient donc pas choisi et devraient improviser au dernier moment, au risque de mettre leur vie en danger sur la route.


Désigner un capitaine de soirée

Pour 51.4 % qui ont pris des dispositions, le retour de soirée pour elles et leurs amis est envisagé de différentes manières. Première solution, attendre une durée suffisante pour prendre le volant. Une résolution pas forcément judicieuse à tenir sachant qu’il faut deux heures pour éliminer un verre d’alcool et que 69% des Français consomment généralement plus de trois verres au réveillon.

Limiter la consommation d’alcool à 1 ou 2 verres est mentionnée en deuxième position parmi les dispositions prises pour rentrer de la nuit du Nouvel an.

Enfin, troisième idée citée par les répondants précautionneux, la désignation d’un capitaine de soirée qui ne boira pas et assurera la navette de retour.

Et vous, avez-vous pris vos dispositions pour le retour du réveillon ? Dites-le sur le forum.

>> A lire aussi : Réveillon : comment éviter la gueule de bois

>> A lire aussi : Nous ne sommes pas tous égaux devant la gueule de bois

Posted by admin in santé

Cancer : un sucre contenu dans la viande rouge lié à la croissance des tumeurs

Un sucre contenu dans la viande rouge augmenterait la croissance des tumeurs et le risque de cancer, d’après une nouvelle étude américaine.

Cancer : un sucre contenu dans la viande rouge lié à la croissance des tumeurs

Selon une étude scientifique américaine publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, un sucre présent dans la viande rouge augmenterait la prolifération des tumeurs cancéreuses.

L’équipe de recherche de l’école de médecine de l’Université de Californie-San Diego (Etats-Unis) a voulu savoir pourquoi les mangeurs réguliers de viande rouge étaient plus à risque de développer un cancer que les consommateurs d’autres viandes et les végétariens.

Les chercheurs se sont intéressés à un sucre nommé Neu5Gc, présent dans la viande rouge uniquement. Ce sucre, qui n’est pas présent dans l’organisme humain, ne peut être obtenu que par l’alimentation. C’est donc une molécule étrangère pour le corps humain. Ainsi, les chercheurs ont pensé que Neu5Gc induisait une réponse du système immunitaire, et une inflammation des tissus capable d’augmenter ou de former des tumeurs.

Pour tester ces hypothèses, les chercheurs ont nourri des souris préalablement dépourvues de Neu5Gc avec ce même ingrédient sucré. Ils ont alors observé une inflammation de certains tissus, associée à une multiplication par cinq du nombre de tumeurs formées, par rapport à des souris nourries sans Neu5Gc.

« Jusqu’à ce jour, toutes nos preuves liant Neu5Gc au cancer étaient dues aux circonstances de l’étude, ou indirectement prédites par des montages expérimentaux un peu artificiels », explique le Docteur Ajjit Varki, co-auteur de l’étude et membre du Centre sur le cancer de l’Université de Californie-San Diego. « C’est la première fois que nous montrons directement, en imitant la prise alimentaire humaine, que l’alimentation en Neu5Gc augmente le nombre de cancers spontanés chez la souris. »


Une étude difficile à généraliser à l’homme

« La preuve définitive pour généraliser à l’homme sera beaucoup plus difficile à obtenir », nuance le DR Varki. « Mais de manière plus générale, ces travaux peuvent expliquer les liens potentiels entre la consommation de viande rouge et les maladies exacerbées par une inflammation chronique, comme l’artériosclérose ou le diabète de type 2. »

Une étude de juin 2014 avait déjà incriminé cet aliment précisant qu’une alimentation trop riche en viande rouge au début de l’âge adulte augmentait de 22% le risque de cancer du sein. Les chercheurs avaient alors conseillé de limiter la consommation de viande rouge chaque jour, en la remplaçant par exemple par des légumineuses (lentilles, pois chiches…), de la volaille ou encore du poisson.

A lire aussi :

On sait pourquoi l’excès de viande rouge est mauvais pour le coeur

Trop de viande rouge nuit vraiment à la santé

Cancer du sein : attention à la viande rouge

Cancer de l’endomètre : un médicament anti-ostéoporose préviendrait son apparition

Posted by admin in santé

Elle accouche sur la Nationale à Poitiers

Alors qu’elle était en route pour la maternité, la passagère d’un véhicule qui venait d’avoir un accident, a accouché sur la route nationale, aidée par une femme médecin.

Elle accouche sur la Nationale à Poitiers

L’accident aurait pu tourner au drame, mais au final il aura suscité plus de peur que de mal. Dimanche 28 décembre, une femme est emmenée par son mari à la maternité de Poitiers pour accoucher. Mais la voiture du couple percute le véhicule le précédant, une dizaine de kilomètres avant d’arriver à destination.

Le choc provoqué par l’accident est tel qu’il provoque l’accouchement. Fort heureusement pour la passagère, la conductrice de la voiture avec laquelle le couple est entré en collision est médecin généraliste.

Au moment où elle sort de son véhicule pour constater les dégâts elle réalise que la femme a commencé le travail et lui porte alors assistance. “La dame me dit Je suis en train d’accoucher, donc on a commencé l’accouchement”, raconte-t-elle à l’AFP. “On a appelé les pompiers qui sont arrivés très rapidement (…) Aussi bien la dame que le propriétaire de la voiture se sont comportés très sereinement, malgré le stress de l’accident.”

L’aide du médecin a permis de réaliser l’accouchement dans la voiture sans complication, avant l’arrivée des pompiers. Ceux-ci ont ensuite emmené la mère au CHU de Poitiers. La maman et le nouveau-né, une petite fille, se portent bien.

>> A lire aussi : La prématurité même tardive est dangereuse pour les bébés

La Grande-Bretagne plaide pour plus d’accouchements à domicile

Posted by admin in santé

Allergies : les femmes seraient plus touchées à cause de leurs hormones

Si les femmes sont plus sujettes aux violentes réactions allergiques, c’est sans doute à cause des œstrogènes de leurs corps. Telle est la conclusion d’une étude américaine menée sur des souris.

Allergies : les femmes sont plus touchées à cause de leurs hormones

La communauté médicale a depuis longtemps constaté que les femmes étaient plus touchées par des réactions allergiques violentes que les hommes. Mais la cause de cette disparité n’a jamais été clairement établie.

D’après une nouvelle étude américaine publiée dans la revue scientifique The Journal of Allergy and Clinical Immunology, ce sont les hormones féminines, les œstrogènes qui sont à incriminer.

Ces travaux de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses de Washington (Etats-Unis) ont révélé que les œstradiols, un type d’œstrogènes sécrété en quantité importante chez la souris femelle, augmentait les réactions allergiques.

Lorsqu’une molécule allergène, issue de l’alimentation, de médicaments ou encore des piqûres d’insectes, est introduite dans l’organisme, elle induit une libération de cellules immunitaires de défense. Ces dernières libèrent des enzymes, qui sont à l’origine des gonflements et de la dilatation des vaisseaux sanguins, c’est-à-dire de la réaction allergique. Des rougeurs de la peau, des éruptions cutanées ou des difficultés respiratoires sont alors observées.

Les œstrogènes, en augmentant les activités et les doses de certaines de ces enzymes, favorisent les réactions allergiques. C’est en tout cas ce qui a été observé par les chercheurs, chez des souris femelles.

Pour en avoir le cœur net, l’équipe a bloqué la sécrétion des enzymes concernées, et a alors constaté que la différence de réaction entre les mâles et les femelles avait disparu. De même, le fait de bloquer la sécrétion des œstrogènes chez la souris femelle a permis de diminuer les réactions allergiques.

Si les recherches sont encore insuffisantes pour assurer avec certitude que ce sont les œstrogènes qui augmentent les réactions allergiques des femmes, les chercheurs prévoient d’effectuer de nouveaux travaux pour pouvoir extrapoler ces résultats aux humains.

En plus des allergies, les femmes seraient également plus touchées par l’asthme que les hommes, ce qui pourrait aussi s’expliquer par les fluctuations cycliques du taux d’œstrogènes, selon les scientifiques.

Mais pas de quoi s’alarmer pour autant, puisque l’asthme et la plupart des allergies peuvent être contrôlés ou soignés, sans mettre en danger la vie de la personne touchée.

A lire aussi :

On connait enfin l’origine de l’allergie au pollen

Allergies alimentaires : et si l’on traitait plutôt l’aliment ?

Allergie : une maladie trop souvent négligée

Posted by admin in santé

La santé, le vœu le plus cher aux Français

“Bonne année et bonne santé !” La santé est citée en premier par les Français pour leurs voeux de  l’année 2015, selon un sondage.

La santé, le vœu le plus cher aux Français

Bonheur rime avec bonne santé. C’est en tout cas ce que pense un panel de Français interrogés à la veille du Réveillon lors d’un sondage l’Ifop pour l’agence Capital Image. Pour 71%, la santé apparaît comme la clé du bonheur, en première position devant l’amour (50%), le fait d’avoir des enfants (29%) ou de “gagner suffisamment d’argent” (21%).

C’est un rituel pour 96 % des personnes interrogées de souhaiter à la fois “bonne année ET bonne santé”, et pour 49% ce vœu tient lieu de réflexe pavlovien.

Qu’entendent les Français par “bonne santé” exactement ? Les sondés ont leur petite idée sur la question. Le bien-être physique rejoint le psychologique pour la majorité : 66% disent que c’est de se sentir bien dans sa tête et avoir le moral. Pour 57% c’est aussi ne pas souffrir de maladie grave ou d’infirmité et 52% le fait de se sentir bien dans son corps et d’avoir de l’énergie.

Ce sondage baptisé “Les Français et la nouvelle année” a été mené du 3 au 4 décembre auprès d’un échantillon de 1 003 personnes de 18 ans et plus par questionnaire.

Etre bien dans sa tête et bien dans son corps, le souhait a de quoi se concrétiser en résolution dès le début d’année avec nos conseils pour garder la forme et lutter contre la fatigue en début d’année.

>> A lire aussi : notre dossier spécial fêtes

8 bonnes résolutions détox

Posted by admin in santé