July 2015 Archive

Quels sont les signes annonciateurs d’une fausse couche ?



Quels sont les signes annonciateurs d'une fausse couche ?

La fausse couche correspond à un avortement spontané.

La grossesse s’arrête de façon naturelle au cours des 12 premières semaines de grossesse, mais parfois aussi plus tardivement. Le plus souvent, aucune cause précise n’est identifiée.

La fausse couche est un phénomène assez courant puisqu’elle survient à la suite de 10 à 20% des grossesses confirmées.

Quels sont les signes annonciateurs d’une fausse couche ?

Quels sont les signes avant-coureurs d’une fausse couche ?

Chez certaines femmes, la fausse couche se produit sans signe particulier au préalable. Chez d’autres femmes, les symptômes suivants peuvent se manifester :

  • Saignement vaginal de couleur brune, mais aussi parfois rouge vif ou rosé.
  • Pertes brunes ou rouges, de type fluide ou caillots.
  • Douleurs dans le bas du dos.
  • Crampes dans le ventre.
  • Diminution de la sensibilité des seins.
  • Signes de la grossesse moins évidents.
  • Nausées.
  • Étourdissements.

A noter que les saignements et les pertes vaginales, tout comme les douleurs, tendent à augmenter avec la progression de la fausse couche.

Vous présentez les signes d’une fausse couche : que faut-il faire ?

Toute femme en début de grossesse doit consulter rapidement son médecin si de tels symptômes se manifestent.

En cas de perte d’un petit fragment de tissu, il est conseillé de le conserver, car à partir de celui-ci les médecins peuvent tenter d’identifier la cause de la fausse couche.

Lors de la progression de la fausse couche, il convient de diminuer ses activités au minimum possible, voire de rester allongée et d’éviter les relations sexuelles.

Le médecin procédera à des examens afin notamment de constater l’état de dilatation du col de l’utérus, de savoir si la grossesse se poursuit normalement, de déterminer le nombre de fœtus, de dépister une éventuelle infection, etc.

Dans certains cas, une intervention (curetage, aspiration) peut être décidée afin d’ôter les tissus restés dans l’utérus et d’éviter un risque infectieux.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 24/07/2015
Créé initialement par Isabelle Eustache le 31/12/2007

Sources : Atlantic Health Sciences Corporation.

Posted by admin in santé

J’ai pris un coup sur la tête, que faire ?



J'ai pris un coup sur la tête, que faire ?

Les coups sur la tête, ou “traumatismes crâniens”, sont des accidents fréquents et généralement sans gravité.

Les radiographies sont souvent inutiles, le plus important étant de surveiller régulièrement l’état du blessé.

Après un coup sur la tête, le plus important est la surveillance

Malgré une légende bien établie, les radiographies du crâne sont souvent inutiles. La surveillance régulière du blessé est l’élément le plus important.

Recevoir un coup sur la tête est banal.

Bien entendu, si le traumatisme crânien s’accompagne d’une plaie du cuir chevelu ou d’autres blessures, la consultation d’un médecin est indispensable, afin de nettoyer la plaie et de la suturer, et d’évaluer la gravité des autres lésions.

Dans tous les cas où le blessé doit être vu par un médecin, il faut essayer d’être prêt à répondre au maximum de questions concernant le patient ou l’accident.

 

Après un coup sur la tête, quand appeler des secours en urgence ?

De manière très générale, deux cas se présentent :

  • La situation semble sans gravité immédiate
    Par exemple, un rugbyman qui a ressenti un petit étourdissement après s’être cogné fortement la tête sur la poitrine d’un adversaire, mais sans perdre connaissance.
    Dans ce cas, il est rassurant de consulter, mais sauf complication, il n’y a pas véritablement urgence (on peut attendre une ou deux heures !).
  • La situation est grave (par exemple, un accident de voiture avec de multiples blessures).
    Il faut appeler des secours d’urgence.

    Rappelons que de manière générale, un blessé de la route ne doit être extrait de sa voiture que par un personnel entraîné (en général, les pompiers), et jamais par de simples secouristes.
    En revanche, un malade ayant perdu connaissance doit être mis en position latérale de sécurité, afin d’éviter que les sécrétions de son estomac n’aillent dans un poumon.
    Dans le doute, appelez des secours d’urgence et assurez-vous que vous pouvez répondre à un minimum de questions sur l’état du blessé :
    A-t-il perdu connaissance ? Est-il toujours inconscient ? Respire-t-il facilement ? Répond-t-il quand on lui parle ?

Mis à jour par Isabelle Eustache le 24/07/2015
Créé initialement par Dr Philippe Presles le 07/08/1999

Sources : Croix Rouge Française “Manuel des premiers secours”, Editions Flammarion Médecine-Sciences. Askenasi R “Manuel de médecine d’urgence”, Editions de l’Université de Bruxelles/Maloine. ANAES “Prise en charge des traumatisés crâniens graves à la phase précoce”, Concours médical ; 121 (19) : 1444-1450.

Posted by admin in santé

Séniors : vers une assurance adaptée !

À partir de 50 ans, les dépenses liées à la santé augmentent la plupart du temps. Pour préserver votre budget tout en profitant d’une couverture maladie réellement adaptée, il est essentiel de vous orienter vers une complémentaire santé “spécifique seniors”.  Une autre couverture est vivement conseillée pour les retraités vivant à l’étranger : l’assurance expatriation.
Le point sur ces sujets…

Séniors : vers une assurance adaptée !


Une mutuelle sur-mesure, c’est possible…

La mutuelle santé est primordiale : elle prend en charge la totalité ou une partie des  dépenses en complément de la Sécurité Sociale. Sans mutuelle, en moyenne, 30% des frais restent automatiquement à votre charge. Aussi, à partir de 50 ans, si vous voulez profiter d’une prise en charge optimale de vos dépenses de santé, pensez à souscrire une mutuelle sénior.  En effet, dès cet âge, vos besoins en matière de remboursements santé sont naturellement en hausse. Il est donc conseillé d’opter pour une complémentaire santé conçue spécialement pour les seniors : elle répondra au mieux à vos attentes.  


Les avantages de la mutuelle sénior

Elle vous permet de bénéficier d’avantages déterminants, notamment une prise en charge des frais d’hospitalisation et d’autres actes non remboursés par la Sécurité Sociale. Vous profitez aussi de tarifs négociés pour les seniors, mais aussi de précieux services d’assistance, par exemple : aide-ménagère, garde d’animaux, accompagnement dans la recherche d’une place dans une maison de retraite, etc. Si vous avez 50 ans ou plus, n’hésitez pas à franchir le pas : la mutuelle sénior constitue une véritable garantie de bien-être et de sérénité.


Tout sur l’assurance expatriation

Les seniors qui partent vivre leur retraite à l’étranger ont besoin d’une protection “comme à la maison”, d’où l’importance de l’assurance expatriation. Les points clefs : une couverture santé complète avec des remboursements élevés, surtout pour les dépenses courantes, l’hospitalisation, l’optique et le dentaire, mais aussi une assistance rapatriement et une assurance responsabilité civile. Rien ne doit être laissé au hasard afin de vous garantir une vraie tranquillité, quoiqu’il arrive, où que vous soyez dans le monde.

Posted by admin in santé

Le #lippatch : la nouvelle tendance beauté qui affole Instagram

Une nouvelle mode beauté devient populaire sur Instagram. Le #lippatch est un masque gel de Corée qui hydrate et repulpe les lèvres en une demi-heure.

2015-07-30-levres-lippatch

Les photos de stars avec de grosses lèvres roses se multiplient étrangement sur le web. Voici la mode du #lippatch, une nouvelle tendance beauté. Ce produit de beauté qui vient du Corée permet d’avoir les lèvres pulpées sans aiguille : le lippatch est un masque gel, de senteur myrtille qui promet les lèvres douces, lisses et sensuelles. On le laisse sur les lèvres pendant une demi-heure pour les hydrater et les repulper sans besoin de chirurgie. Le masque Lippatch compte parmi ses fans Jessica Alba et Lady Gaga, qui ont toutes les deux mis les photos sur Instagram du masque marrant collé sur leurs lèvres.

Cette tendance survient après le #KylieJennerLipChallenge en référence aux lèvres pulpeuses de Kylie Jenner, demi-sœur de Kim Kardashian, devenues célèbres sur Instagram. Ce jeu risqué consiste à mettre un verre sur leurs lèvres, créant un effet de succion pour quelques minutes afin de les gonfler. Cette méthode finit souvent mal : les lèvres blessées, irritées et couvertes de bleus. Finalement, Kylie Jenner a dû expliquer qu’en fait ses lèvres trop pulpeuses étaient le produit d’une procédure chirurgicale. Le lippatch, en revanche, une alternative qui ne fait pas mal aux lèvres et qui n’oblige pas non plus à casser sa tirelire.

La masque est aussi populaire à cause de son forme, qui ressemble à un bonbon en forme de lèvres géant. A seulement 6 €, c’est un moyen de se faire de belles lèvres pas cher, et sans danger.

A lire aussi:

http://www.topsante.com/beaute-et-soins/soins-du-visage/sourire/les-levres-une-zone-fragile-a-surveiller-72477

http://www.topsante.com/beaute-et-soins/beaute-au-naturel/les-ingredients-naturels/levres-gercees-5-recettes-naturelles-pour-les-soigner-9754

Posted by admin in santé

Top Santé n°300 : check-up de rentrée !

Le nouveau numéro de Top Santé vous propose de préparer (et oui déjà) la rentrée. Un peu en avance ? Certes, mais que ce soit en santé, en beauté, en bien-être ou en nutrition, prévenir c’est guérir. C’est le meilleur moyen de profiter encore des bienfaits de l’été.

Top Santé n°300 : check-up de rentrée !

Comme tous les mois d’août, non seulement, la rentrée s’annonce et il faut bientôt reprendre la vie quotidienne rythmée par ses obligations, mais en plus, on a repris les quelques kilos dont on s’était débarrassés pour faire la belle cet été ! Le blues ! Heureusement, on a bonne mine, encore faut-il s’atteler à faire durer nos belles couleurs (on vous dit comment). Et la plupart du temps, on a bien ri et bien dormi. En ce qui concerne nos petits capitons, notre dossier minceur propose la méthode Mincifine. Principalement de la détox et de l’IG bas. Le fameux index glycémique qui fait que plus on mange mal, plus on grossit et plus on a faim, le cauchemar ! Mais il faut le dire et le répéter, faire seulement un régime pendant un temps déterminé ne règle rien au contraire. Si on a des problèmes de poids, généralement, c’est qu’on s’aliment mal. Donc, ce qu’il faut changer pour toujours, c’est notre façon de manger. Je sais je sais ça n’est pas drôle. Pourtant, dès lors qu’on s’y met, et pour peu qu’on le fasse avec détermination, c’est efficace, on se sent mieux et avec le temps, ça n’est plus un problème. Voir même, on se demande comment on a pu faire pour manger si mal. Et cerise sur le gâteau, on est forcément en meilleure santé. Chiche ?

Deux offres exceptionnelles avec votre magazine

Un Shorty fermeté repulpant BySkin*

Un dessous intelligent qui prend soin de vous au quotidien ? Ce shorty spécial, enrichi en acide hyaluronique, libère par frottement des actifs microencapsulés.

Résultat : la peau est nourrie, plus lisse, plus douce et plus tonique ! Il peut aussi se porter en maillot sur la plage.

Il existe en rose, jaune et noir.

*Le magazine (2,90 €) + le shorty fermeté repulpant (8,95 €) = 11,85 €.

Une corde à sauter Numérique

Grâce à cette corde vous pourrez calculer votre nombre de sauts, vos calories brûlées et la distance parcourue. Grâce à ce nouvel allié minceur, musclez vos fesses, vos jambes, vos bras et votre ventre, boostez votre cœur et votre circulation et dites adieu à la cellulite ! 700 calories brûlées pour une heure de corde à sauter, alors n’hésitez plus ! Existe en vert et orange Pile incluse

*Le magazine (2,90 €) + la corde à sauter digitale (4.95 €) = 7,85 €.

Top santé n°300 (septembre 2015) est disponible en kiosque dès le 31 juillet ou par abonnement

Posted by admin in santé

Epidémie de maladie du légionnaire à New-York : déjà 2 morts

Plus de 30 cas de maladies du légionnaire ont été rapportés ces dernières semaines à New-York. Deux personnes sont déjà décédées et une troisième est dans un état grave.

Epidémie de maladie du légionnaire à New-York : déjà 2 morts

La maladie du légionnaire (ou légionellose) est une infection qui se diffuse par l’inhalation de particules d’eau contaminée par une bactérie, la legionella pneumophila, qui se développe dans les eaux à température moyenne (entre 20 et 60° C) notamment dans les ballons d’eau chaude sanitaire et les systèmes de climatisation, les bains à remous ou les climatiseurs.

Depuis ces deux dernières semaines, une épidémie de maladie du légionnaire semble se propager dans le quartier du Bronx, à New-York. Plus de 31 cas ont été signalés et deux personnes sont déjà décédées, tandis qu’une troisième est dans un état grave.

Les fonctionnaires du département de la Santé de New-York testent l’eau des tours de refroidissement et d’autres sources potentielles dans le quartier afin de déterminer la source de l’épidémie. Mais celle-ci reste encore ignorée.


Maladie du légionnaire : les symptômes

On estime que 8 000 à 18 000 cas hospitalisés de la maladie du légionnaire se produisent chaque année aux États-Unis. Les symptômes de la maladie du légionnaire (semblables à ceux de la pneumonie) apparaissent généralement entre 2 et 10 jours après l’exposition à la bactérie. Les principaux signes sont : l’essoufflement, une fièvre élevée, des frissons et des douleurs thoraciques. Les personnes atteintes de légionellose peuvent également souffrir de confusion, de fatigue et de douleurs musculaires.

En France, le bilan des cas de légionellose enregistrés en 2014 par l’Institut national de veille sanitaire fait état de 1350 cas dont 122 ayant entraîné le décès du malade.

A lire aussi :

Légionellose : 1350 cas recensés en 2014

Infection nosocomiale : comment ça s’attrape

Posted by admin in santé

Noyades : presque 4 décès par jour depuis le 1er juin

Les résultats intermédiaires de l’Enquête noyades de l’Institut national de veille sanitaire font état de 584 noyades accidentelles et de 199 morts depuis le 1er juin. Soit presque 4 décès par jour.

Noyades : presque 4 décès par jour depuis le 1er juin

Lancée à la fin du printemps, l’Enquête noyades de l’Institut national de veille sanitaire (Invs) recense toutes les noyades survenues en France (DOM-TOM inclus) entre le 1er juin et le 30 septembre dès lors qu’elles ont fait l’objet d’une intervention de secours organisés, et qu’elles ont été suivies d’une hospitalisation ou d’un décès.

A mi-chemin du recensement, l’Invs vient de présenter des premiers chiffres. Ces derniers indiquent qu’entre le 1er juin et le 27 juillet on a recensé 584 noyades accidentelles dont 199 décès (34%). Un nombre auquel il faut rajouter 60 noyades intentionnelles (suicides ou agressions) et 17 noyades d’origine inconnue.

- Sur les 584 noyades accidentelles enregistrées, 263 (45 %) ont eu lieu en mer, 155 (27 %) en piscine tous types confondus, 81 (14 %) en plan d’eau, 64 (11 %) en cours d’eau et 21 (4 %) dans d’autres lieux (baignoires, bassins….).

- Près de la moitié des 250 noyades en mer concernait des personnes de 65 ans ou plus

- Parmi les 155 noyades en piscine, 87 (56 %) ont eu lieu en piscine privée familiale, et 48 (31 %) concernaient des enfants de moins de 6 ans.

- 199 décès par noyades enregistrés en 8 semaines, c’est une moyenne de 3,6 décès par jour. Tous les âges et tous les lieux sont concernés : 14 décès d’enfants de moins de 6 ans, 47 décès chez les moins de 20 ans (près d’un par jour) et 75 décès chez les 65 ans et plus.


Petit rappel des conseils baignades pour les adultes

- En cas de danger imprévu, ne luttez pas contre le courant et les vagues pour ne pas vous épuiser. Allongez-vous sur le dos pour nager. Vos voies respiratoires sont alors dégagées : vous pouvez respirer normalement et appeler à l’aide.

- Ne surestimez pas votre condition physique. Avant de partir nager au loin, assurez-vous que votre forme physique vous permet de revenir sur la terre.

- Ne consommez pas d’alcool avant et pendant la baignade.

- Pour éviter l’hydrocution, rentrez progressivement dans l’eau, particulièrement lorsque l’eau est froide et que vous vous êtes exposé au soleil.

A lire aussi :

En vacances au bord d’une piscine, comment vérifier la sécurité

Hydrocution : comment faire pour l’éviter

Comment reconnaître les signes d’une noyade

Posted by admin in santé

Cancer de la prostate : il y en aurait 5 différents

Des scientifiques britanniques ont identifié cinq types de cancer de la prostate, chacun avec une signature génétique distincte.

Cancer de la prostate : il y en aurait 5 différents

En comparant 250 échantillons de tumeurs prélevées lors d’opérations chirurgicales de la prostate, le Dr Alastair Lamb, de l’Institut britannique de recherche sur le cancer, a découvert qu’il n’y avait pas UN cancer mais CINQ cancers différents, chacun avec une signature génétique distincte.

“Ces résultats pourraient aider les médecins à décider sur le meilleur traitement pour chaque patient, en fonction des caractéristiques de leur tumeur,” at-il déclaré lors de la présentation de son étude.

Les résultats, fondés sur l’analyse de 100 gènes différents dans les tissus cancéreux de 250 hommes, pourraient à l’avenir, aider les médecins à distinguer les cancers les plus agressifs (que les chercheurs comparent à des tigres féroces qui évoluent agressivement) des cancers qui le sont moins (que les chercheurs comparent à des paisibles chats de gouttière qui n’ont aucune once d’agressivité). Cela permettrait aux oncologues d’adapter le traitement en conséquence.

“Les cas agressifs peuvent nécessiter un traitement intensif. Mais d’autres tumeurs peuvent être plus gérables et les patients n’auraient pas à souffrir nécessairement des effets secondaires des traitements les plus lourds” explique le médecin.

“La prochaine étape consiste à confirmer ces résultats avec des études de plus grande ampleur et de nous plonger dans les “écrous et boulons” moléculaires de chaque type spécifique de cancer de la prostate afin de mettre au point les tests qui nous permettront de les distinguer chez les patients.”


Le cancer de la prostate en chiffres

Selon les chiffres de l’Institut national du cancer publiés en début d’année dans le document sur Les cancers en France, le cancer de la prostate est le cancer masculin le plus fréquent. Il se situe

au 1er rang des cancers incidents chez l’homme, loin devant les cancers du poumon et du colon-rectum. Il constitue par ailleurs la troisième cause de décès par cancer chez l’homme.

L’estimation du nombre de nouveaux cas selon l’âge indique une survenue tardive de ce cancer. C’est autour de 70 ans que l’incidence est la plus élevée. Avant 50 ans l’incidence est faible et elle augmente progressivement avec l’âge.

A lire aussi :

Cancer de la prostate : une prise de sang pour voir si le traitement marche

Cancer de la prostate : des ultrasons pour le traiter

Posted by admin in santé

Une jeune tétraplégique doit rembourser 80 000 euros à l’hôpital de Caen

La justice vient d’annuler l’indemnisation qui avait été accordée une jeune fille devenue tétraplégique après s’être sauvée de l’hôpital de Caen et s’être jetée dans le vide.

Une jeune tétraplégique doit rembourser 80 000 euros à l'hôpital de Caen

En 2005, une jeune fille de 16 ans souffrant d’anorexie mentale avait été hospitalisée à l’hôpital psychiatrique de Caen, faute de place en service de pédopsychiatrie. Elle s’était alors échappée de l’hôpital et avait fait une tentative de suicide en se jetant du haut des remparts du château ducal. La jeune femme n’est pas décédée à la suite de cette chute mais est devenue tétraplégique.

En 2011, la responsabilité de l’hôpital psychiatrique en charge cette mineure aux tendances suicidaires avérées, a été reconnue. Un appel a confirmé cette première décision : “La responsabilité de l’hôpital n’est pas contestable”, dit la cour d’appel de Nantes. Et le pourvoi en cassation de l’hôpital n’est pas admis par le Conseil d’État.

Mais voilà que le tribunal administratif de Caen, examinant le dossier au fond, vient de revenir sur sa décision. Ainsi, les 80 000 euros versés au titre d’avances sur indemnités à la jeune femme et les 30 000 euros versés à sa famille, doivent être remboursés, apprend-on dans un article du Point. Ces avances sur indemnités ont été consacrées à des aménagements dans la maison et à l’achat d’une voiture adaptée au fauteuil roulant de la jeune femme, qui a par ailleurs besoin de l’aide d’une tierce personne quatre heures par jour.

La jeune femme, devenue étudiante, et ses parents ont fait appel de cette décision. En réparation des préjudices subis, ils requièrent la somme d’1,3 million d’euros, assortie d’une rente annuelle de 70 000 euros.

A lire aussi :

Suicide : une personne sur 20 a déjà fait une tentative

Suicide : le soleil aurait un effet dissuasif

Posted by admin in santé

4 preuves scientifiques que les amis sont bons pour la santé

Ils sont là pour partager nos bonheurs, nos joies, et aussi nos coups durs. Les amis sont précieux, et ce n’est pas la science qui va dire le contraire. Petite éloge de l’amitié à partager en cette journée de l’amitié.

4 preuves scientifiques que les amis sont bons pour la santé


Leur manque raccourcit notre espérance de vie

Pire que l’obésité ou l’alcoolisme, le manque d’amis mettrait en danger notre santé. La solitude qu’il engendre nous exposerait au risque de mourir prématurément, si on en juge l’étude de l’Université de Rochester, aux Etats-Unis, parue dans la revue Psychology and Ageing. L’enquête menée sur une trentaine d’années conseille de se faire d’amis dès l’âge de 20 ans pour en profiter plus tard.


Ils développent notre empathie

Amitié rime aussi avec empathie. Des chercheurs de l’université de Virginie aux Etats-Unis ont découvert que l’activité cérébrale d’une personne en danger est similaire à celle observée quand c’est un ami proche qui est menacé. “Les humains s’associent pour prospérer. Nos objectifs et ressources sont communs. Si un danger menace un ami, il menace nos ressources et objectifs”, explique l’étude, relayée par le Huffington Post.fr.


Ils nous aident à supporter le stress

Les amis nous soutiennent et nous rendent plus armés pour supporter des épreuves difficiles. Le psychologue américain Sheldon Cohen, à l’Université Carnegie Mellon à Pittsburgh, aux Etats-Unis, confirme cette idée au site médical WebMD : “Ils fournissent de l’aide matérielle, du soutien émotionnel et l’information qui t’aide à combattre les facteurs de stress”.


Ils nous poussent à prendre soin de nous

Pas question de se laisser aller à la déprime. Formidables empêcheurs de tourner en rond, les amis nous bousculent et nous incitent à aller de l’avant, toujours selon le psychologue américain : “Les amis vous encouragent à prendre soin de vous. Et on observe que ce sont les gens qui ont un réseau social le plus étendu qui ont une meilleure estime de soi, et ont l’impression d’avoir un plus grand contrôle de leur vie”.

>> A lire aussi : Amis : 6 conseils pour entretenir vos amitiés

Posted by admin in santé