October 2015 Archive

Les cerveaux de l’homme et de la femme sont (presque) identiques

On nous rabâche depuis des années que le cerveau de l’homme est différent de celui de la femme. Pourtant, d’après une vaste étude américaine, ces différences seraient vraiment négligeables.

Les cerveaux de l'homme et de la femme sont (presque) identiques

Dans l’imaginaire commun, la principale qualité des femmes, c’est la sensibilité : nous serions plus émotives, plus douces et plus empathiques que nos homologues masculins. Eux sont censés être caractérisés par leur virilité, leur force et leurs gros muscles. En tout cas, ça, c’est ce qu’on voit à la télévision… Dans la vraie vie, les choses sont (beaucoup) plus compliquées.

Jusqu’ici, les scientifiques pensaient qu’il existait une différence cérébrale (donc anatomique) entre l’homme et la femme. Chez cette dernière, l’hippocampe serait beaucoup plus développé. Or, c’est dans cette structure du cerveau (qui est composée de deux parties symétriques en forme de « bananes », situées sous la surface du cortex) que sont traitées certaines émotions et la mémoire. Par exemple, c’est dans l’hippocampe que naissent les réactions au stress.

Par conséquent, puisque les femmes étaient censées avoir un hippocampe plus « gros », il était « normal » qu’une femme soit plus émotive qu’un homme… et qu’elle ait aussi une meilleure mémoire.

Sauf que tout récemment, une équipe de chercheurs de la Rosalind Franklin University of Medicine and Science (États-Unis) vient de montrer qu’en réalité, cette différence de taille… n’existait pas. L’étude, publiée dans la revue scientifique NeuroImage, a été réalisée sur plus de 6 000 participants (hommes et femmes, d’âges et de situations sociales différents) grâce à des techniques high-tech d’imagerie médicale.

Verdict : aucune différence significative entre hommes et femmes n’a pu être montrée au niveau de la structure du cerveau. La taille de l’hippocampe variait en fonction des individus et non en fonction de leur sexe.

« Les différences anatomiques entre les hommes et les femmes sont souvent utilisées pour justifier des préjugés anachroniques, analyse le Dr Lise Eliot, professeur en neurologie à la Rosalind Franklin University of Medicine and Science. En réalité, au niveau du cerveau en tout cas, ces différences sont vraiment minimes. Méfions-nous des pseudo-études scientifiques qui ne se portent que 15 ou 20 volontaires : elles sont trompeuses. »

 

Posted by admin in santé

9 délicieuses recettes au potiron

Riche en béta-carotène (qui donne la couleur orange), le potiron est un aliment essentiel pour la peau, la vision. Le béta-carotène est une excellente source de vitamine A et un super anti-oxydant. Les effets bénéfiques connus de la béta-carotène pour la peau sont :

- La cicatrisations des plaies.
- La protection la peau des agressions extérieures, comme le soleil.
- Il favorise la croissance des tissus relié à la peau.

Posted by admin in santé

Les régimes pauvres en matières grasses seraient inefficaces

Se priver de beurre, d’huile ou de margarine n’aurait aucun impact sur la perte de poids. Le secret de la minceur ? Des habitudes de vie saines et équilibrées.

Les régimes pauvres en matières grasses seraient inefficaces

Quand on veut perdre du poids, notre premier réflexe, c’est bien souvent d’arrêter les matières grasses : on dit « adieu » aux tartines beurrées du petit-déjeuner, au beurre fondu dans la pâte à gâteaux, aux assaisonnements à l’huile d’olive dans nos salades… Et on bannit le beurre, l’huile et la margarine de nos placards.

Sauf que selon des chercheurs des Brigham and Women’s Hospital et Harvard T.H. Chan School of Public Health (aux États-Unis), faire un régime pauvre en matières grasses n’aurait strictement aucun effet sur la perte de poids.

Pour en arriver à cette conclusion (étonnante, on vous l’accorde), les scientifiques ont compilé les données recueillies par 53 études, sur un total de 68 128 participants. En moyenne, au bout d’une année environ, les volontaires (hommes et femmes, d’âges différents) avaient perdu 1 ou 2 kg, pas plus. Et nombreuses étaient les victimes de l’effet « yo-yo ».


La minceur n’est pas une affaire de privation

Par contre, en travaillant sur ces données, les scientifiques ont montré qu’un régime pauvre en sucre (et notamment en sucre artificiel, le plus nocif pour la santé) était déjà beaucoup plus efficace.

« De manière générale, nous pensons que la perte de poids n’est pas une affaire de privation, explique Deirdre Tobias, principal auteur de ces travaux publiés dans la revue spécialisée The Lancet Diabetes & Endocrinology. Il nous semble plus pertinent de travailler sur les habitudes de vie des patients : leur apprendre à composer une assiette équilibrée, par exemple, ou à pratiquer régulièrement une activité physique. »

Et d’ajouter : « consommées de manière raisonnable, les matières grasses ont tout à fait leur place dans l’équilibre alimentaire ». Inutile, donc, de s’en priver au quotidien !

 

Posted by admin in santé

Shampooing sec à l’argile blanche à faire soi-même

Pratique, ce shampooing doux assainit le cuir chevelu en quelques minutes et donne du gonflant aux longueurs. Idéal pour les cheveux gras, fins et sans volume…

shampoing sec maison


Zoom sur les ingrédients

L’argile blanche (kaolin) : Riche en silice, elle a des propriétés absorbantes, matifiantes et adoucissantes. Peu minéralisée, cette argile apaisante est idéale pour purifier et assainir. Elle peut même s’employer sur les cuirs chevelus les plus délicats et réactifs.

La poudre de riz micronisée : Matifiante, elle s’emploie très souvent en cosmétique et notamment dans les produits de maquillage. Elle procure de la douceur et donne un toucher sec aux cosmétiques. Cette poudre permet aussi de réguler l’excès de sébum.


La recette du shampooing sec à l’argile blanche

Il vous faut : 30 g d’argile blanche et 20 g de poudre de riz micronisée
Mélangez les deux poudres dans un bol à l’aide d’une spatule en plastique ou en bois.
Versez la préparation dans un petit flacon de type salière.

Ce soin se garde 6 mois à température ambiante.


Comment appliquer mon shampooing sec ?

  • Répartissez un peu de shampooing sec en le saupoudrant sur le cuir chevelu.
  • Massez du bout des doigts pour bien le répartir sur toute la surface.
  • Laissez agir le produit pendant 5 à 10 minutes, le temps que le mélange absorbe bien l’excès de sébum.
  • Brossez vos cheveux la tête en bas, afin d’éliminer la poudre.
  • Passez vos doigts dans la chevelure pour supprimer les derniers résidus.
  • Coiffez-vous comme d’habitude.
  • Personnalisez votre recette si vous êtes châtain ou brune. Incorporez à la préparation 1 cuillerée à café de cacao en poudre dégraissé et non sucré.
  • Appliquez, et le tour est joué !


Les précautions d’emploi

Privilégiez l’utilisation de matières premières issues de l’agriculture biologique (ici, de la poudre de riz bio).
Respectez une hygiène rigoureuse pendant la fabrication. N’oubliez pas de nettoyer et de désinfecter vos mains, les ustensiles et les contenants que vous utiliserez et le plan de travail.
Réalisez un test cutané en appliquant une noisette de produit au pli du coude ou du poignet. Aucune réaction après 48 heures ? Vous pouvez en profiter.

Tous les ingrédients se trouvent dans les magasins bio et sur le site www.aroma-zone.com.

Lire aussi :
Faites-vous même votre crème bonne mine
Bébé : les conseils d’une pro pour faire ses cosmétos

 

Posted by admin in santé

67 % des moins de 50 ans souffrent d’herpès

Le virus de l’herpès est un mal très répandu. Deux tiers des personnes âgées de moins de 50 ans dans le monde sont atteintes par le virus de l’herpès de type 1 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

67 % des moins de 50 ans souffrent d'herpès

L’herpès, un mal qui infecte le monde entier. Plus de 3,7 milliards de personnes âgées de moins de 50 ans, soit 67 % de la population, sont infectées par le virus de l’herpès de type 1 (HSV-1). C’est ce que souligne l’OMS dans un rapport paru dans la revue PLOS ONE

Les infections par le virus de l’herpès sont dues à deux types de virus, tous deux très contagieux. L’herpès labial est lié au virus Herpes simplex de type 1 (HSV-1). Celui-ci se transmet principalement par contact des muqueuses buccales et donne ce qu’on appelle couramment, le bouton de fièvre.

L’herpès génital, lui, est dû au virus Herpes simplex de type 2 (HSV-2) . Il se transmet par voie sexuelle lors des contacts cutanés et peut provoquer des ulcérations génitales douloureuses, rappelle l’OMS.

140 millions de personnes âgées de 15 à 49 ans ont déjà eu un herpès labial, constate l’OMS. Les foyers se situent principalement dans les Amériques, en Europe et dans le Pacifique occidental.

Ces herpès labiaux surviennent surtout à l’âge adulte avec la sexualité et à la suite de rapports bucco-génitaux. “L’accès à l’éducation et à l’information sur les deux types d’herpès et sur les infections sexuellement transmissibles est crucial pour protéger la santé des jeunes avant qu’ils ne soient sexuellement actifs”, indique dans un communiqué le Dr Marleen Temmerman, Directeur à l’OMS du Département Santé et recherche génésiques.


Un virus “incurable”

Quant à l’herpès génital, 417 millions de personnes de 15 à 49 ans l’ont déjà attrapé.

Face à l’ampleur de la contamination par le virus de l’herpès, le Dr Temmerman souligne l’importance “d’améliorer la collecte de données concernant les deux types de virus de l’herpès et les infections sexuellement transmissibles en général”.

Rappelons qu’une fois qu’on a attrapé le virus de l’herpès, celui-ci ne peut être totalement éliminé. Il peut se manifester à différents moments de la vie de façon aléatoire. Mais il est possible de limiter la survenue de ces poussées d’herpès au moyen d’antiviraux comme le valaciclovir (traitement préventif).

>> A lire aussi : Herpès : les questions qu’on se pose

Tout savoir sur l’herpès

Bouton de fièvre : les bonnes réactions à connaître

Avez-vous déjà attrapé de l’herpès ? Réagissez sur le forum.

 

Posted by admin in santé

Bébé : les écouteurs en passe de remplacer la berceuse ?

La berceuse serait-elle devenue “has been” ? Un nourrisson sur dix de moins de deux ans s’endort avec un casque audio sur les oreilles, révèle une étude Ifop.

Bébé : les écouteurs en passe de remplacer la berceuse ?

Le casque audio serait-il la nouvelle berceuse en vogue ? On est en droit de s’interroger avec la parution d’une étude Ifop sur les pratiques sonores des jeunes d’aujourd’hui.

Organisée pour l’association la Semaine du son, l’enquête montre que les enfants prennent l’habitude dès le plus jeune âge de s’endormir avec des écouteurs aux oreilles.

En grandissant, l’écoute de la musique est un réflexe bien ancré qui ne se perd pas : 15 % des enfants de 7 à 12 ans et plus d’un tiers des adolescents déclarent écouter fort avec un casque audio ou des écouteurs. Un taux qui grimpe à 34 % chez les adolescents sondés et âgés de 13 à 19 ans.

En moyenne, les adolescents utiliseraient le casque ou les écouteurs 2 heures par jour, contre 31 minutes chez les moins de six ans.

Chaque année, l’association la Semaine du son réalise une campagne de sensibilisation aux bonnes pratiques pour préserver son audition. En 2015, l’événement s’est déroulé du 19 janvier au 8 février 2015. Parmi les préconisations, les experts insistent sur l’importance de limiter le temps d’écoute avec le casque. “Le ministère de la Santé préconise [...] de faire une pause de 30 minutes toutes les deux heures d’écoute ou de 10 minutes toutes les 45 minutes”, rappelle Luc Barthélémy, directeur d’études, Ipsos Public Affairs.


Les bonnes pratiques auditives

L’exposition au bruit constitue une des premières causes de troubles de l’audition, rappelle l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Un niveau sonore trop élevé peut causer des dommages irréversibles. Il est donc recommandé de porter une protection sonore au-delà de huit heures d’exposition au-dessus de 85 décibels (db-certains casques limitent leur volume à ce plafond.

Au-delà de 90 dB (perceuse), l’exposition ne devrait pas dépasser deux heures. Au-delà de 100 dB (marteau piqueur), elle ne devrait pas excéder 15 minutes. 

>> A lire aussi : Un casque intelligent pour être mieux dans sa peau

Vous endormez-vous parfois en écoutant de la musique avec des écouteurs ou un casque aux oreilles ? Témoignez sur le forum.

 

Posted by admin in santé

Cancer du sein : la mammographie ne prévient pas les formes les plus graves

Les formes les plus agressives du cancer du sein ne se verraient pas suffisamment tôt sur une mammographie.

mammographie

“Le dépistage du cancer du sein présuppose que l’on va détecter le cancer à un stade précoce, lorsqu’il est plus sensible aux traitements” explique le Dr Gilbert Welsh, de l’Ecole de médecine de Dartmouth (Etats-Unis) . “Mais le taux de cancers du sein détecté à un stade avancé est resté stable depuis 1975, malgré une large utilisation de la mammographie depuis les années 1980″ explique-t-il dans un rapport publié dans le New England Journal of Medicine de jeudi.

Pour ce rapport, trois médecins ont épluché les statistiques fédérales remontant aux années 1970. Il est publié alors qu’aux Etats-Unis, la Société américaine contre le cancer vient de modifier ses recommandations en matière de dépistage du cancer du sein. Les experts américains recommandent désormais un dépistage annuel à partir de 45 ans (au lieu de 40 ans aujourd’hui), et un dépistage tous les deux ans à partir de 55 ans.


La mammographie n’est pas à la hauteur de l’effet attendu

Malgré la généralisation de la mammographie depuis les années 1980, l’âge moyen des femmes diagnostiquées avec un cancer est toujours de 63 ans. “La mammographie de dépistage a été incapable d’identifier les mauvaises cancers, destinés à devenir métastatiques, à un stade précoce. Cela ne veut pas dire que la mammographie ne détecte pas les cancers moins agressifs et dont le diagnostic est moins grave” insiste le médecin. “Mais la mammographie de dépistage n’est pas à la hauteur de l’effet attendu”.

Rappelons qu’en France, le dépistage généralisé est proposé tous les deux ans aux femmes sans facteurs de risques particuliers entre 50 et 74 ans.

A lire aussi :

Un hashtag pour encourage l’autodépistage du cancer du sein

Le risque d’un cancer du sein non familial pourrait être prédit

La mammographie, je la fais quand ?

 

Posted by admin in santé

Un retraité passe 11 jours à l’hôpital à cause d’une araignée

Une morsure d’”araignée-violon” a coûté 11 jours d’hospitalisation à un retraité. Fort heureusement pour lui, il a eu plus de peur que de mal.

Un retraité passe 11 jours à l'hôpital à cause d'une araignée

Tondre la pelouse peut se révéler une activité à haut risque. Un retraité de Seine-et-Marne (77) l’a appris à ses dépens. Une vilaine morsure d’araignée l’a envoyé à l’hôpital. Maurice Bunel, la victime, pensait en avoir connu des pires, lui qui avait vécu l’expérience traumatisante d’un atterrissage raté en Algérie, comme il le raconte au Parisien.

Mais la petite bête a tout de même effrayé la grosse. La mésaventure est arrivée le 28 mai dernier quand le retraité se fait mordre par une araignée. Problème, au lieu de passer, la douleur devient de plus en plus lancinante et insupportable dans la nuit. “J’ai ressenti comme une piqûre sur la cheville gauche et j’ai chassé la bestiole sans y prêter attention. Ensuite, ça m’a gratté un peu, mais je pensais que ce n’était rien”, raconte-t-il au quotidien. Un malaise deux jours plus tard le pousse à se rendre aux urgences. En vain, les médecins sont incapables d’établir l’origine du mal qui ronge Maurice.


Une morsure non mortelle

Malgré les antibiotiques, le problème persiste. Le retraité se rend une nouvelle fois à l’hôpital. A la différence que cette fois-ci il y passe 11 jours, son état ayant empiré. ” La blessure a nécrosé, j’avais un trou dans la cheville de 5 cm de long sur 4 cm de large et profond jusqu’à l’os”, poursuit le malchanceux au Parisien.

Les investigations des médecins les orientent sur la piste d’une morsure d’araignée tropicale : une araignée “recluse brune”, ou araignée-violon. De son nom scientifique, le virulent Loxosceles rufescens peut effectivement mordre et provoquer des brûlures de cellules de la peau (nécrose). Ces araignées présentes en Europe, notamment dans le sud de la France, ne sont heureusement pas mortelles.

>> A lire aussi : Morsure et piqûre : comment les traiter au cas par cas

Que faire en cas de morsure ?

Morsure de serpent  : on révise ses réflexes

Vous êtes-vous déjà fait mordre par une araignée ? Témoignez sur le forum.

 

Posted by admin in santé

Vaccin contre la grippe : les statines réduiraient son efficacité

Deux nouvelles études suggèrent que cette classe de médicaments contre le cholestérol réduirait l’efficacité du vaccin contre la grippe chez les personnes âgées.

vaccination-senior

Selon deux nouvelles études publiées dans le Journal of infectious diseases, les statines, une classe de médicaments prescrits contre le cholestérol mais également connus pour leurs effets immunomodulateurs, pourraient influer sur la réponse immunitaire du vaccin contre la grippe.

Cet effet sur l’efficacité du vaccin étant plus dramatique chez les personnes recevant des statines synthétiques que chez celles qui prennent des statines naturelles (la levure de riz rouge).


Entre 30 et 60% d’anticorps en moins

Dans une première étude, le Pr Steven Black, de l’Hôpital de Cincinnati (Etats-Unis) a examiné les données de plus de 5000 personnes de plus de 65 ans ayant reçu le vaccin contre la grippe au cours des hivers 2009-2010 et 2010-2011, certains d’entre eux étant sous statines et d’autres non. Ils ont constaté que, trois semaines après l’injection du vaccin, les patients sous statines avaient produit entre 30 et 60% d’anticorps en moins que les patients qui n’en prenaient pas.

Dans une seconde étude, le Pr Saad Omer, de l’Université d’Atlanta (Etats-Unis), aétudié le taux d’infections respiratoires (un des symptômes de la grippe) dans un groupe de patients de l’Etat de Géorgie. Il a constaté que l’efficacité du vaccin dans la prévention de ces infections était de 12,6% chez les utilisateurs de statines, comparativement à 26,2% chez ceux ne prenant pas les médicaments.

Toutefois, les experts soulignent que cette étude ne doit pas empêcher les seniors de se faire vacciner contre la grippe et ne doivent surtout pas les inciter à arrêter leur traitement anti-cholestérol à base de statines. “Bien que les statines semblent diminuer la réponse au vaccin contre la grippe, ils ne les suppriment tout à fait. Même si vous prenez des statines, vous obtiendrez toujours une certaine protection contre la grippe” déclare le Dr Black.

Si ces résultats sont confirmés par d’autres études, ils pourraient soutenir la prescription de vaccins adjuvés ou de vaccins contre la grippe à haute dose chez les personnes âgées afin de contrecarrer l’immunosuppression induite par les statines.

Et vous, avez-vous l’intention de vous faire vacciner contre la grippe ? Parlez-en sur le forum.

A lire aussi :

La grippe a fait 18 300 morts l’hiver dernier

Grippe : un vaccin 2015 plus efficace ?

Insolite : les câlins peuvent prévenir la grippe

 

Posted by admin in santé

Risque de cancer : l’OMS rassure sur la consommation de viande

Non, il ne faut pas arrêter de manger de la viande. L’OMS se fend d’une mise au point après la parution d’une étude soulignant le risque de cancer associée à la consommation de viande rouge.

Risque de cancer : l'OMS rassure sur la consommation de viande

Pas un retour en arrière mais presque. Quatre jours après avoir lâché une bombe après le classement de la charcuterie et de la viande rouge comme cancérogènes probables pour l’homme, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) effectue un rétropédalage en règle. Ou plutôt, elle croit bon de faire une petite mise au point face à la levée de bouclier émanant notamment des producteurs de viande à travers le monde.

L’OMS relativise donc à présent en précisant que l’étude parue dans The Lancet Oncology ne doit pas conduire à bouder la viande rouge. “[L'étude] ne demande pas aux gens d’arrêter de manger de la viande transformée mais indique que réduire la consommation de ces produits peut réduire le risque de cancer colorectal”, pointe l’OMS citée par l’AFP.

Autrement dit, si l’enquête du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l’agence cancer de l’OMS, a suggéré que l’alimentation riche en viande transformée pouvait être liée à 34 0000 décès par an, il n’y a pas lieu de réellement s’inquiéter.

Le risque de nuire à sa santé en mangeant de la viande rouge reste faible et à démontrer plus sérieusement. Les amateurs de saucisson peuvent continuer à se faire plaisir.


Une quantité de viande rouge à soupeser

Les experts “commenceront à se pencher sur les implications pour la santé publique des dernières avancées de la science et la place de la viande transformée et de la viande rouge dans un régime alimentaire sain”. Objectif : déterminer à partir de quelle quantité de viande rouge et/ou de charcuterie on s’expose à un risque de cancer.

Le CIRC avait classé lundi la viande transformée, surtout la charcuterie, dans la catégorie des agents “cancérogènes pour l’homme”. Les viandes rouges – ont été classées comme “probablement cancérogènes”. Se basant sur 800 études, le CIRC mettait en garde contre la consommation régulière de viande rouge : 50 grammes de viande transformée consommée par jour augmenterait le risque de cancer colorectal de 18 %, avait conclu le CIRC.

>> A lire aussi : Le sel de la charcuterie augmenterait le risque de cancer du côlon

Idée reçue : la charcuterie donne des boutons

Et vous, vous méfiez-vous désormais de la viande rouge ? Réagissez sur le forum.

 

Posted by admin in santé